AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DE ONLY ONE TREE HILL :) BISOUS LES AMIS !

Partagez|

Cheers to the freakin I drink to that, yeah yeah (elliel).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Maggie S. McKinney
∆ Tes indiscrétions : 800
∆ Ton occupation : étudiante en biologie.
∆ Ton avatar : Sasha Pieterse
∆ En ville depuis le : 20/10/2015


And it's your home
Tes relations:
Tes rps:
Ta disponibilité: Très occupé(e)


MessageSujet: Cheers to the freakin I drink to that, yeah yeah (elliel). Dim 8 Nov - 21:03

Cheers to the freakin I drink to that

Vendredi soir, je ne suis pas chez moi. Comme souvent dans la vie des étudiants, une soirée a été organisée. Cette fois c'est chez un garçon de ma classe que je connais peu mais qui a invité toute la promotion chez lui. Il faut dire que ses parents possèdent une grande maison au bord de la plage. Je suis venue avec des amis de ma classe.
Malheureusement j'ai perdu de vue, il y a peu, mes accompagnateurs au milieu de toute cette foule. Les gens se répartissent entre l'intérieur de la maison et la plage qui se trouve juste devant. Après avoir fait le tour de l'intérieur, je décide d'aller dehors. Il fait vraiment chaud par ici. Je me remplis un verre avant de passer la porte de ce qui me semble être du punch. Le but étant de me désaltérer, j'aurais pu prendre un soda, surtout que j'ai déjà bien bu et que je me sens un peu pompette. Mais je n'ai pas prévu de conduire pour rentrer, ce soir, sam ce n'est pas moi. J'en profite donc, comme tous les jeunes autour de moi. Tout en restant raisonnable, ce qui en revanche n'est pas le cas de tout le monde. Certains sont déjà mal en point, et les choses ne vont pas s'arranger à mesure que le temps passe. Mon verre plein, j'évite un couple en train de se bécoter pour rejoindre la foule sur la plage. J'observe les personnes m'entourant, espérant toujours retrouver mes amis. Mais j'ai beau reconnaître les autres étudiants de ma classe, aucune trace d'eux. Tant pis, je vais aller me socialiser avec d'autres personnes. Il y a encore à boire ? On n'a plus rien dehors ! Finalement, je n'ai eu aucun effort à faire, une fille m'a abordée directement en voyant mon verre encore plein. Il reste pleins de bouteilles à l'intérieur. Je réponds en montrant du doigt la maison qui se trouve derrière moi. Ni une ni deux, elle s'éloigne en destination de son graal. Je secoue la tête à moitié amusée.
J'arrive finalement à m'intégrer à un petit groupe. On discute un petit moment mais mon attention est attirée par un garçon un peu plus loin qui semble en mauvais état. Je le vois se pencher en avant, et suspectant qu'il allait vomir, je détourne le regard, ne voulant pas assister à ce spectacle peu ragoutant. Je me reconcentre sur les personnes m'accompagnant, mais quelque chose me pousse à reporter mon attention sur le jeune homme. Je le vois alors allongé dans le sable. Je quitte précipitamment le groupe où je me trouve pour m'approcher, sans prendre le temps de donner d'explication. Je ne veux pas paniquer, mais son immobilité m'inquiète. Je m'accroupie et essaye d'évaluer son état, mais malgré la pénombre il n'y a aucun doute, il est inconscient. Par chance, il ne s'est pas allongé dans son vomi, même si à ce stade-là, il s'en préoccupe peu. Je lui touche l'épaule, doucement, puis plus énergiquement sans résultat. Personne autour de moi ne semble nous remarquer ou se préoccuper de la situation. Je réfléchi à la meilleure conduite à tenir, mais la seule chose que me dicte mon esprit et d'appeler les secours. Je commence vraiment à flipper et je sors mon téléphone en composant rapidement le 911. Quand le standard prend mon appel, je donne rapidement les informations nécessaires et on m'annonce que les pompiers arriveront bientôt. Je n'ose pas m'éloigner du jeune homme, si jamais il se réveillait ou si son état empirait. Il me semble qu'il respire toujours, mais je n'en suis pas sûre.
En dix minutes, la nuit s'est rafraîchie et la plupart des gens sont rentrés dans la maison. Personne n'est venu me voir. Mon état de stress couplé à l'alcool que j'ai dans le sang me donne la migraine et pourtant tout le monde est indifférent autour de moi. Je vois enfin des lumières au loin, et les pompiers débarquent enfin sur la plage. Je leur fait de grands signes des bras, sans toutefois bouger de ma place. Un des hommes en uniforme s'approche de moi.
THANKS KAY


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Elliel W. Fawkes
∆ Tes indiscrétions : 603
∆ Ton occupation : pompier.
∆ Ton avatar : andrew garfield.
∆ En ville depuis le : 02/11/2015


And it's your home
Tes relations:
Tes rps:
Ta disponibilité: Très occupé(e)


MessageSujet: Re: Cheers to the freakin I drink to that, yeah yeah (elliel). Mer 11 Nov - 15:02

Nous étions vendredi soir, et en prenant mon service, j'en aurais pour quarante-huit heures avant d'avoir ma journée de repos. Cela ne me dérangeait pas au contraire, nous avions de quoi nous occuper à la caserne, et puis j'aurais l'occasion de dormir un peu durant ces deux jours. Même si il y avait plus de chance qu'on soit appeler dans le week-end, dû en grande partie aux différentes soirées organisées, qui finissent souvent dans l'excès. En arrivant sur place, j'avais rejoint mes collègues, mais qui à force avait finit par devenir de véritables amis. C'est probablement le genre de métier qui rapproche. Mais je m'en plainais pas au contraire. La seule chose que j'avais peut-être eu du mal a en encaisser étant la mort de mon meilleur ami. Certes on voit également des choses horribles, mais c'est plus facile de tenter de s'en détacher, on ne connait pas les personnes, et on ne les voit que rarement après être intervenu. Et ça même si Tree Hill est une petite ville.
N'ayant pour l'instant pas grand chose à faire, j'avais comme à mon habitude rejoint la salle de sport, profitant du calme encore présent afin de me détendre et surtout ne penser à rien. J'y passais les trois-quarts de mon temps. Il n'y avait rien de mieux pour se changer les idées. J'avais rapidement été rejoint par mes collègues. Ce qui dans le fond n'était pas désagréable, ça nous permettait de nous entraider, et surtout de nous obliger à nous dépasser. Dépasser nos limites. Finalement, la première sonnerie de la soirée se fit entendre. Une jeune femme s'était coupée durant une soirée, et elle semblait ne pas s'être loupé. Nous n'avions pas mis longtemps pour rejoindre l'adresse, une quinzaine de minutes. Et effectivement, la demoiselle qui avait déjà bien consommé en ce début de soirée, c'était ouvert une bonne partie du bras. Son discours n'était pas très clair, tout ce que nous avions réussi a comprendre, c'est qu'elle semblait avoir cassé une fenêtre. Mon collègue l'avait emmené avec lui afin de la recoudre, elle avait eu de la chance, sa coupure aurait pu être bien plus profonde, et surtout faire plus de dégâts. Mais il y avait eu plus de peur que de mal. La demoiselle recousue, n'ayant pas besoin de soins supplémentaires, nous la laissions entre les mains de ses amis.
De retour à la caserne, deux bonnes heures s'étaient écoulées avant que la sonnerie ne retentissent à nouveau. Cette fois, cela s'annonçait un peu plus grave. Un jeune homme avait fait un malaise dans une grande fête sur la plage, ce dernier avait déjà vomi. Une chance, d'après les détails donnés, il ne s'était pas endormi dedans, ce qui au moins, lui donnait la chance de ne pas s'étouffer avec. Le point inquiétant étant que la jeune femme appelant les secours n'étaient pas sûr que l'homme respire encore. Nous n'avions pas mis longtemps pour filer dans le camion. Dix minutes séparées la caserne de la plage. En arrivant sur le sable nous remarquions une jeune femme nous faire des grands signes. Ni une, ni deux, j'avais couru pour arriver jusqu'à elle. « Bonsoir, vous savez ce qu'il a consommé? Et depuis combien de temps il est dans cet état? » l'interrogeais-je alors rapidement, avant de porter mes doigts sur sa nuque afin de vérifier le pouls du jeune homme. Je reporte mon attention sur la jeune femme, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Maggie S. McKinney
∆ Tes indiscrétions : 800
∆ Ton occupation : étudiante en biologie.
∆ Ton avatar : Sasha Pieterse
∆ En ville depuis le : 20/10/2015


And it's your home
Tes relations:
Tes rps:
Ta disponibilité: Très occupé(e)


MessageSujet: Re: Cheers to the freakin I drink to that, yeah yeah (elliel). Mar 17 Nov - 22:19


Cheers to the freakin I drink to that

Lors d’une soirée on danse, on s’amuse, on boit, on rigole. On ne pense jamais aux dangers de l’alcool, aux mauvaises rencontres que l’on peut faire tard la nuit, ou tout simplement le comportement désinhibé que l’on peut avoir. Pourtant l’on boit souvent trop, on rencontre des personnes bizarres, on agit de façon impulsive. Et avec un peu de chance on oublie tout le lendemain matin. Je ne sais pas si je dois m’estimer heureuse ou non d’avoir été plutôt raisonnable ce soir, contrairement à ce pauvre garçon étendu devant moi. Je suis totalement consciente qu’il se passe quelque chose de grave devant moi, au milieu de ces jeunes indifférents. Je ne peux empêcher mon cerveau d’imaginer les pires scénarios tout en conservant cet espoir qui nous caractérise tous que ce ne soit qu’une sorte de mauvaise blague, qu’il va ouvrir les yeux en riant, content d’avoir réussi à berné quelqu’un. Mais il n’ouvre pas les yeux, et en cet instant je me dis que « cela n’arrive pas qu’aux autres ».  Il est étendu devant moi, inconscient et je n’ai aucune idée de quoi faire en attendant les secours. Je reste donc immobile, crispée.
L’arrivée des pompiers me sort quelque peu de ma torpeur mais ces lumières vives dans la nuit ne calment pas ma migraine. J’attire l’attention des combattants du feu et l’un deux me rejoint à côté du garçon étendu sur le sable. Bonsoir, vous savez ce qu'il a consommé? Et depuis combien de temps il est dans cet état ? Il s’active déjà, prenant le pouls de l’inconscient, du moins c’est ce que je déduis, mais je ne suis pas une experte médicale. Je ne sais pas. Je l’ai juste vu vomir. Et la seconde d’après il était inconscient. Je ne le connais même pas, il était déjà là, et j’ai voulu vérifier comment il allait, mais il… il dormait. Je ne savais pas quoi faire ! Je reprends une grande inspiration, à bout de souffle, après ma longue tirade. La panique qui avait refluée à l’arrivée des secours me reprend face à mon impuissance et je l’évacue en parlant, en parlant beaucoup trop. Il n’est pas… ? Je veux dire, ça va aller ? Encore une fois, les mots se bousculent et se mélangent. Je ne peux même pas les aider en délivrant des informations sur le jeune homme. Les rares invités encore présents dehors se tiennent en retrait et personne ne semble connaître ce garçon ni avoir vu quoi que ce soit. Il n’y a que moi, et je sens une responsabilité m’incomber, alors que je n’ai rien demandé. Pourtant, si je ne l’avais pas remarqué, combien de temps serait-il resté allongé dans le sable avant que quelqu’un réagisse et ne prévienne les secours ? Peut-être moi-même ai-je été trop longue. J'ai appelé le 911 immédiatement après avoir constaté qu'il ne bougeait plus. Mais puis-je me faire confiance à moi-même, alors que je suis alcoolisée ? La notion du temps est toujours altérée par la consommation d'alcool et dans le cas présent je ne suis pas sûre de me fier à mes impressions, alors que la vie d'une personne est en jeu.
THANKS KAY


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Elliel W. Fawkes
∆ Tes indiscrétions : 603
∆ Ton occupation : pompier.
∆ Ton avatar : andrew garfield.
∆ En ville depuis le : 02/11/2015


And it's your home
Tes relations:
Tes rps:
Ta disponibilité: Très occupé(e)


MessageSujet: Re: Cheers to the freakin I drink to that, yeah yeah (elliel). Dim 22 Nov - 14:10

Habituellement, le vendredi soir était toujours chargé d'appels, mais depuis mon arrivé à la caserne nous avions eu un appel afin de recoudre une jeune femme, qui s'était ouverte le bras après avoir cassé une fenêtre. Lorsque nous étions rentré, il nous avait fallu deux heures supplémentaires avant de d'entendre une nouvelle fois la sirène. Dans le fond ce n'était pas désagréable de ne pas être appeler tous les quarts d'heure, c'était plutôt une bonne chose, signe qu'il n'y avait pas de problème. Seulement notre second appel semblait assez catastrophique. Une soirée était organisé sur la plage, et un jeune homme après avoir vomi, semblait être entré dans un coma éthylique. Ce genre de chose pouvant avoir une issue dramatique, nous avions rejoint rapidement le lieu de la fête. Et pendant que mes collègues préparaient le matériel nécessaire je m'étais directement dirigé vers la jeune femme ayant appelé nous faisant signe. Très vite en arrivant près d'elle je m'étais accroupi au près du jeune homme, cherchant son pouls tout en posant des questions à la demoiselle nous ayant appelé. « Je ne sais pas. Je l’ai juste vu vomir. Et la seconde d’après il était inconscient. Je ne le connais même pas, il était déjà là, et j’ai voulu vérifier comment il allait, mais il… il dormait. Je ne savais pas quoi faire ! » Dans le fond sa réponse ne me choquait pas plus que ça, dans ce genre de soirée personnes ne fait vraiment attention à ce qui se passe autour d'eux. Bien souvent ils ne pensent qu'à profiter. Au moins elle avait eu l'intelligence d'aller vers lui, et surtout de nous appeler, ce qui n'étais pas le cas des gens qui sortaient de la villa, ayant aperçu les lumières du camion. Tous semblait vouloir assister au spectacle.
« Il n’est pas… ? Je veux dire, ça va aller ? » Je relève alors ma tête dans sa direction. Tout comme le jeune homme, elle semble avoir consommé de l'alcool, mais à la différence des autres, semble réellement se rassurer de son sort. « Son pouls est faible, mais ça devrait aller, même si ça savoir depuis combien de temps il est comme ça m'aurais aidé, vous nous avez appelé dans les temps. » dis-je alors afin de la rassurer peut-être un peu, mais il est vrai que si elle avait attendu quelques minutes, au moment de notre arrivé le pouls aurait pu être absent. Je tournais alors le jeune homme afin de le mettre sur le côté, et non plus sur le ventre. Essayant de le réveiller en attendant mes collègues, chose qui ne pourrait être que bénéfique. « Je suppose que tous les participants de la soirée ont consommé beaucoup d'alcool? » repris-je alors, tentant de secouer le jeune homme, et lui donnant quelques tapes sur la joue. Mon regard se pose alors sur le porte-feuille de la victime sortant de sa poche après que je l'ai secoué. Je ne tarde pas à le prendre des informations pourraient nous être utile. Voyant sa carte d'identité, je me tourne alors vers la jeune femme toujours présente, et un peu angoissé. « Vous avez quel âge? » la questionnais-je alors, posant un instant mon regard sur elle, avant de regarder où en sont mes collègues, les voyant commencer à approcher je leur fais signe de se dépêcher, puisqu'il nous faut très vite le transporter aux urgences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Maggie S. McKinney
∆ Tes indiscrétions : 800
∆ Ton occupation : étudiante en biologie.
∆ Ton avatar : Sasha Pieterse
∆ En ville depuis le : 20/10/2015


And it's your home
Tes relations:
Tes rps:
Ta disponibilité: Très occupé(e)


MessageSujet: Re: Cheers to the freakin I drink to that, yeah yeah (elliel). Jeu 3 Déc - 21:58


Cheers to the freakin I drink to that

Je tente de répondre du mieux que je peux aux questions du pompier qui m’a rejoint auprès du jeune homme. Mais mes pensées me semblent confuses entre le stress et l’alcool que j’ai ingurgité. J’ai pourtant été assez raisonnable, mais les effets semblent s’être accentués depuis que j’ai appelé les secours, couplés à un magistral mal de crâne. Mais ce mal passager n’est pas ce qui m’inquiète le plus pour le moment. Le garçon semble en très mauvaise posture et je crains le pire, cherchant à ce que le pompier à mes côtés me rassure. Son pouls est faible, mais ça devrait aller, même si ça savoir depuis combien de temps il est comme ça m'aurais aidé, vous nous avez appelé dans les temps. Le soulagement m’envahi et je relâche l’air que j’avais inconsciemment bloqué dans mes poumons. Rien n’est encore gagné, mais maintenant que les secours sont là, les choses devraient bien aller. Je me sens déchargée d’une responsabilité en quelques sortes.
Je m’écarte un peu, laissant le combattant du feu déplacer le jeune homme dans une position de sécurité, je suppose. Je suppose que tous les participants de la soirée ont consommé beaucoup d'alcool ? Je le regarde tenter de réveiller le malheureux, et la situation me parvient enfin à l’esprit dans son ensemble. Je suis encore mineure légalement et je ne vois aucun moyen de cacher que j’ai consommé de l’alcool. Cela doit se sentir à mon haleine, mais aussi à mon débit de parole légèrement ralenti. Je ne réponds pas tout de suite, le regardant récupérer quelque chose sur l’inconscient à nos pieds, reconnaissant un portefeuille. Mon dernier espoir de m’en sortir sans avoir à révéler mon âge s’envole lorsque je le vois reposer son regard sur moi. Vous avez quel âge ? Je ne peux pas mentir, il n’y a donc qu’une seule possibilité qui s’offre à moi. J’ai vingt ans. Mon regard se fait presque implorant, pourtant je sais qu’elle est la loi, et la procédure en rigueur. Le fait que j’ai probablement sauvé la vie d’une personne ce soir, n’entre pas en compte quand il s’agit de consommation d’alcool par des mineurs. Je ne regrette pas pour autant d’avoir appelé les secours.
Toutefois, ce pompier m’a l’air plutôt sympathique, je garde donc l’espoir d’avoir droit à sa clémence. Je sais que vous devriez m’emmener au poste ou au moins me faire faire un test d’alcoolémie. Mais je n’ai pas beaucoup bu, et je n’avais pas prévu de conduire. S’il vous plait. Ma requête est aussi confuse que mes explications plus tôt, et je ne suis pas sûre que cela arrange mon cas. Mais je crois qu’après le choc émotionnel que je viens de vivre, je ne suis pas prête à finir la nuit en cellule de dégrisement. Bien que cela soit le cas de toutes les personnes ayant bu alors qu'elles n'en ont pas l'autorisation légale.
THANKS KAY



_________________

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien. Jusqu’ici tout va bien. Jusqu’ici tout va bien. » Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Elliel W. Fawkes
∆ Tes indiscrétions : 603
∆ Ton occupation : pompier.
∆ Ton avatar : andrew garfield.
∆ En ville depuis le : 02/11/2015


And it's your home
Tes relations:
Tes rps:
Ta disponibilité: Très occupé(e)


MessageSujet: Re: Cheers to the freakin I drink to that, yeah yeah (elliel). Dim 27 Déc - 16:01

Afin d'en savoir plus sur le jeune homme je n'hésitais pas à poser plusieurs questions à la jeune femme qui nous avais contacté. Malheureusement si cet inconnu semblait en mauvaise posture, il pouvait s'estimer heureux, son pouls était plutôt faible, et j'étais persuadé que cette fille nous avais contacté à temps. Encore quelques minutes et l'issu aurait pu être fatal. Même si il était encore loin d'être tiré d'affaire. Tout en déplaçant son corps, histoire qu'il soit désormais dans la bonne position. Je demandais d'ailleurs si tous les participants de la soirée avait tout comme lui bu de l'alcool. Bien que ma question fut resté sans réponse, je n'avais aucun doute à ce sujet, dans ce genre de soirée l'alcool coule toujours à flot. Alors que je secouais le jeune homme afin de lui faire ouvrir les yeux, je m'étais retrouvé en possession de son portefeuille. Ouvrant ce dernier, son âge m'interpella, vingt ans. Encore trop jeune pour consommer de l'alcool légalement. Très vite je m'étais retourné, demandant l'âge de la jeune femme toujours présente, et de moins en moins à l'aise selon mon avis. « J’ai vingt ans. » Chose à laquelle je m'attendais également. Et toutes les autres personnes devaient avoir la même tranche d'âge. Je soupirais alors avant de jeter un oeil à mes collègues, leur faisant signe de se dépêcher, ce jeune homme devait très vite être emmener aux urgences.
« Je sais que vous devriez m’emmener au poste ou au moins me faire faire un test d’alcoolémie. Mais je n’ai pas beaucoup bu, et je n’avais pas prévu de conduire. S’il vous plait. » Probablement consciente du risque qu'elle encourrait elle n'avait pas tardé à reprendre la parole. Elle n'avait probablement aucune envie de finir au poste, ni même que ses parents soient prévenus. Ces derniers ne savaient peut-être même pas où leur fille passait la soirée. Je vais alors de nouveau face à la demoiselle, restant toujours au côté de la victime. « Vous vous doutez que vous n'êtes pas la première à me dire ça pour se sortir d'affaire? » la questionnais-je alors de nouveau, essayant d'ailleurs de lui faire réaliser que ce n'était pas la première fois, ni même la dernière que nous nous retrouvions dans ce genre de situation. Au moins il ne s'était pas retrouvé sur la route. Mais un de ces étudiants reprendrait inévitablement la route, et n'aurait peut-être pas la chance d'arriver chez lui en un seul morceau. « Vous avez pris combien de verre? » repris-je finalement, voyant bien qu'elle me semblait plutôt secoué par les derniers événements de sa soirée, qu'elle n'avait certainement pas prévu de terminer comme ça.
Finalement mes collègues arrivèrent, et pendant que l'on déplaçait le corps sur la civière je leur faisais un petit topo sur la situation, arrivant à la conclusion qu'il fallait très vite l'emmener. « Allez-y je vais faire un tour pour vérifier qu'il est le seul dans cet état. » concluais-je finalement, en étant sur les lieux autant en profiter. Omettant de préciser l'âge de la demoiselle, je regardais mes collègues s'éloigner avant de me tourner vers elle. « Vous pouvez vous estimer heureuse, ça ne sera pas toujours comme ça. Vous m'avez affirmé que vous n'alliez pas conduire, je suppose que vous alliez appeler quelqu'un? Parce que je doute qu'il y ait une seule personne sombre dans cette maison. » finis-je alors par lui dire, avant de jeter un oeil à la maison. Les jeunes qui étaient sorti après avoir été interpellé par les lumières, avait finit par reprendre le cours de leur soirée, rentrant peu à peu dans la demeure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Maggie S. McKinney
∆ Tes indiscrétions : 800
∆ Ton occupation : étudiante en biologie.
∆ Ton avatar : Sasha Pieterse
∆ En ville depuis le : 20/10/2015


And it's your home
Tes relations:
Tes rps:
Ta disponibilité: Très occupé(e)


MessageSujet: Re: Cheers to the freakin I drink to that, yeah yeah (elliel). Mar 2 Fév - 12:59


Cheers to the freakin I drink to that

En m’écoutant parler, l’absurdité de la situation aurait presque pu me décocher un rire nerveux. Un jeune homme à moitié mort se trouvait à nos pieds, et je m’inquiétais de ne pas finir au poste de police. Je me sentais stupide d’être à la limite de la supplication face au pompier qui était venu nous porter assistance suite à mon appel. Et pourtant, malgré le surréalisme de la situation et son caractère désespéré mon esprit pratique avait repris le dessus. Ce n’était pas tant la peur des poursuites ou des reproches de mes parents mais l’envie de pouvoir rentrer chez moi, afin d’oublier cette soirée et le déroulement tragique qu’elle aurait pu prendre si je n’avais pas appelé les secours. Vous vous doutez que vous n'êtes pas la première à me dire ça pour se sortir d'affaire ? Je hochais la tête doucement, essayant de lui montrer que je n’étais pas une étudiante naïve et alcoolisée, contrairement aux apparences. Je sais, et je comprends. Si vous devez m’amener au poste, faite-le. J’avais pris un ton résigné en baissant la tête, prête à assumer les conséquences de mes actes. Maintenant que les secours avaient pris les choses en main, je reprenais petit à petit mon calme. Et le pompier face à moi était de par son uniforme mais aussi par son ton sûr de lui. Vous avez pris combien de verre ? Sa voix ma paraissait radoucit, et je relevais les yeux vers lui, avec une lueur d’espoir, bien que ma réponse ne joue pas forcément en ma faveur. Trois verres de punch. Ou quelque chose qui y ressemblait, mais je gardais ce commentaire pour moi.
D’autres pompiers nous rejoignirent et je recule d’un pas pour les laisser discuter entre eux. Leur comportement était professionnel et ils déplacèrent rapidement le jeune homme toujours inconscient. Aucun ne s’intéressa à moi, je redoutais pourtant le moment où ils me demanderaient de les accompagner au commissariat. Ils finirent par s’éloigner et je ne savais pas trop si je devais rester ou partir. Je me balançais d’un pied sur l’autre en regardant les alentours quand le premier pompier à être arrivé sur les lieux repris la parole. Vous pouvez vous estimer heureuse, ça ne sera pas toujours comme ça. Vous m'avez affirmé que vous n'alliez pas conduire, je suppose que vous alliez appeler quelqu'un? Parce que je doute qu'il y ait une seule personne sombre dans cette maison. Je compris qu’il n’avait rien dit à ses collègues concernant mon âge, et je relâche la tension dans mes épaules de soulagement. Non, non je ne conduirais pas ! Je devais repartir avec des amis, mais je ne sais pas s’ils sont encore là. Je vais essayer de les appeler. Merci beaucoup. Il y avait encore du monde présent dans ou devant la maison, mais moins que avant l’intervention des pompiers. Je fouillais dans mon sac pour en extirper mon portable et composait rapidement le numéro d’un de mes amis. Le pompier toujours à mes côtés, j’écoutais les sonneries mais personne ne répondit, me renvoyant sur la boite vocale. Je raccrochais et composais un autre numéro, espérant avoir plus de chance. Je jetais un coup d’œil à mon accompagnateur, qui allait sûrement bientôt me laisser seule, à moins qu’il s’assure que j’avais quelqu’un au bout de la ligne avant de me laisser. Deuxième essai infructueux, je laisser un rapide message vocal, sans grand espoir qu’il soit entendu avant le lendemain. Si je n’arrivais à joindre aucune des personnes avec qui j’étais venue, il allait falloir que je trouve quelqu’un d’autre à contacter.
THANKS KAY




Petit message :
 

_________________

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien. Jusqu’ici tout va bien. Jusqu’ici tout va bien. » Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Elliel W. Fawkes
∆ Tes indiscrétions : 603
∆ Ton occupation : pompier.
∆ Ton avatar : andrew garfield.
∆ En ville depuis le : 02/11/2015


And it's your home
Tes relations:
Tes rps:
Ta disponibilité: Très occupé(e)


MessageSujet: Re: Cheers to the freakin I drink to that, yeah yeah (elliel). Lun 8 Fév - 21:32

Maggie n’était pas vraiment la première fille a me demander de la laisser partir et passer outre son âge. Ce n’était pas non plus la première fois que je me retrouvais dans ce genre de situation avec un jeune en mauvaise posture. Bien sûr peut-être à la différence de beaucoup d’autres, elle semblait vraiment inquiète de l’état du jeune homme, jeune homme qui lui devrait probablement la vie si il s’en sortait complètement une fois arrivée à l’hôpital. Puisque en attendant l’arrivée de mes collègues j’avais eu le temps de lui pratiquer les premiers secours. J’avais d’ailleurs ma petite idée sur la fin de sa soirée, mais malgré tout je voulais m’assurer que mon premier jugement à son égard était bon. « Je sais, et je comprends. Si vous devez m’amener au poste, faite-le. » Ce n’était certes pas la première à vouloir échapper aux forces de l’ordre, mais en tout en cas elle semblait être une des rares a être prête a assumer ses actes. J’avais relevé la tête dans sa direction, pour finalement lui demander combien de verres elle avait consommé. Espérant qu’encore une fois, la jeune femme serait honnête. « Trois verres de punch. » Je réfléchissais un instant, essayant de vérifier la véracité de ses propos. Après tout son discours était cohérant et elle semblait être encore assez sobre. Je me contentais alors de hocher la tête doucement en guise de réponse.
De toute façon je n’eus pas vraiment le temps d’ajouter quoi que ce soit puisque mes collègues arrivèrent finalement, je la laissais donc de côté pour l’instant afin de leur expliquer la situation, et surtout afin de leur expliquer les premiers soins que je venais d’appliquer. Tout en précisant qu’il fallait se dépêcher pour l’amener aux urgences. Finalement je leur expliqué que j’allais rester sur les lieux afin de m’assurer que personnes d’autres ne se trouvaient dans un état semblable. Mes collègues retournant au camion avant de mettre les voiles, je reporter mon attention sur la demoiselle. Elle avait de la chance ce soir, elle me semblait être honnête et c’est probablement ça qui l’avait sauvé. Avant tout je tenais a vérifier que quelqu’un viendrait la chercher. « Non, non je ne conduirais pas ! Je devais repartir avec des amis, mais je ne sais pas s’ils sont encore là. Je vais essayer de les appeler. Merci beaucoup. » Alors que je m’apprêtais à lui demander qui allait venir la chercher elle avait déjà sorti son portable de sa poche, et commençait a appeler ses amis. La voyant enchaîner les numéros je fronçais les sourcils, jusqu’à l’entendre laisser un message. « Personne ne répond ? » questionnais-je donc, ne cherchant pas vraiment a avoir une réponse positive. Reposant mon regard sur la maison, certains invités commençaient à partir, probablement à la suite de notre arrivée, peut-être de crainte de voir la police arriver. « Vous ne pouvez joindre personne d’autres ? » repris-je alors, souhaitant savoir si une autre personne que celle prévu de base pourrait venir la récupérer. D’autant plus qu’il était hors de question que je la laisse seule sans avoir la certitude que quelqu’un allait la récupérer.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Cheers to the freakin I drink to that, yeah yeah (elliel).

Revenir en haut Aller en bas

Cheers to the freakin I drink to that, yeah yeah (elliel).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Drink me (Solo, Duo, Groupe)
» Premier entrainement et nouvelles auditions. |pv Cheers
» I drink beer because no great story started with someone eating a salad. | Nathaniel
» Would you like a drink? [Pv: Yuna]
» SANGDRAGON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
onlyonetreehill :: And then quietly and without you ever really noticing, someday is today. :: riverside :: habitations-